20 erreurs fréquentes en LCHF

 

Tout début est difficile, car il y beaucoup de choses à retenir. Une petite erreur peut-être la cause de beaucoup de frustration. Il se peut que c’est exactement ça qui fait que l’on a du mal à atteindre son objectif. Voici quelques erreurs très courantes quand on débute en LCHF.

 

 

  1. Ne pas manger assez de gras. C’est très difficile de se défaire de l’idée que le gras fait grossir. Depuis une quarantaine d’années on nous pompe les oreilles avec cela, et depuis une quarantaine d’année les courbes d’obésité sur le plan mondial, explosent ! Le gras , sous condition de choisir le bon, est important pour rester en bonne santé. Non seulement le gras nous apporte des vitamines liposolubles qu’on peut avoir UNIQUEMENT par le gras, mais en plus, le gras jous un rôle important sur le satiété. Le gras ne fait pas augmenter le taux de sucre, comme c’est le cas pour les glucides. Manger trop de gras peut, cependant, empêcher de maigrir, mais ça ne fait pas grossir quand on mange une alimentation pauvre en glucides POINT !

     

  2. Se fixer un objectif trop important au début. Cela va rester très « futuriste » et on se perd facilement avant atteindre l’objectif. Il vaut mieux se dire : le premier mois, j’aimerais perdre 1 cm autour de la taille et 2 kilos sur la balance, que se dire : dans un an j’aimerais avoir perdu 3 tailles et 15 kilos ! Il faut se fixer un objectif réaliste et à porter de main !

     

  3. Manger plus de glucides qu’on ne le croit. Il y a régulièrement des questions sur : « faut-il compter toutes les glucides ensemble ou, faut-il compter uniquement les glucides net ? » Tu peux lire un peu plus à ce sujet ICI. Mon expérience perso, c’est qu’en voulant compter uniquement les glucides net, on passe facilement à coté de quelque chose et il se peut que c’est la petite quelque-chose qui fait que tu as du mal à atteindre ton objectif. Si tu mets toutes les glucides dans le même panier, tu risques moins d’avoir de mauvaises surprises. Les seules glucides que je ne compte pas, sont mes AR (voir l’article ici). 

     

  4. Calculer et réduire les calories. Les calories font partie d’une mythe, pas scientifiquement fondées.  Si on s’appuie sur la théorie des calories, avec une prise de calories qui dépasse un certain seuil, on prend du poids. Même parmi les adèptes du LCHF les plus avérés, beaucoup continu à parler de calories comme un déterminant pour réussir à perdre le surplus de gras corporel. Soyons clairs : toutes le calories ne se valent pas ! Il y a une GRANDE différence entre d’un coté : un petit déjeuner LCHF comprenant 3 œufs brouillés ( 165g) cuits avec 30g de beurre et accompagné d’un avocat (150g) et un café avec 20ml de crème entière, et de l’autre coté, plus proche des recommandations officielles : 40g de corn-flakes, un verre de 250ml de jus d’orange et 300 ml de lait demi-écrémé. Le premier repas avec les oeufs, te donnerait 753 calories, mais ne te ferait pas grossir, car son influence insulinique reste très minimal . Le deuxième exemple contient seulement 485 calories, mais il est riche en glucides et son charge insulinique est bien plus élevé. De plus, tu resterai rassasié bien moins longtemps avec le repas corn-flakes, je me demande même si la portion recommandé est souvent respecté…. Le repas LCHF est donc bien plus calorique que le repas « classique », qui est recommandé lors d’une alimentation « équilibrée ». Il vaut donc mieux se baser se baser sur les macros que sur le nombre de calories que contient l’alimentation et sur son influence insulinique. Si on souhaite maigrir, l’importance c’est de manger d’une manière qui oblige l’organisme de piocher son énergie dans les réserves du gras corporel.

     

  5. Ne pas distinguer entre le bon et le mauvais gras. Il ne faut pas oublier que le LCHF n’est pas un régime, mais un mode d’alimentation de santé, qui s’adopte sur la durée. C’est donc une grande erreur de ne pas faire attention à la qualité des lipides, puisqu’on en consomme en grandes quantités en LCHF. Les huiles industrielles et les huiles hydrogénées causent des inflammations qui, sur la durées, sont scientifiquement prouvé être des facteurs importants dans le développement de maladies graves (cancer, maladies auto-immunes, maladies neurodégénérative…..) !

     

  6. Ne pas se mesurer, de se faire une selfie devant la glace, d’essayer un pantalon un peu trop petit dès le départ est monnaie courent, mais pas une bonne idée ! C’est dommage de ne pas le faire, car cela t’empêche de reconnaître le progrès. On peut régulièrement avoir le poids qui stagne en LCHF, mais le corps continu sa métamorphose et on passe complètement à coté de cela si on s’obstine à suivre uniquement la balance.

     

  7. Se comparer avec d’autres personnes en LCHF. On ne réagit pas de la même façon ! Une quantité de glucides de 40g peut faire maigrir une personne, tandis que la même quantité serait trop pour pobtenir des résultats, pour quelqu’un d’autre. La quantité de protéines qui suffirait pour une personne ferait peut-être trop pour une autre…. Si on s’appuie sur ce qui marche pour le copain/ la copine, on risque pas mal de frustrations ! Il vaut mieux échanger sur les méthodes que sur les quantités. Au début, il faut tester. On rame peut-être un peu, mais une fois qu’on trouve le juste bon, on est tellement bien, que cela vaut les efforts !

     

  8. Continuer à manger certains aliments non-LCHF, même très peu. Ce n’est pas rare que j’échange avec des personnes qui n’arrivent pas à perdre du poids en LCHF (!!!) et quand on creuse un peu, il y a quand même des petites habitudes qu’ils/ elles ont du mal à lâcher : la petite tranche de Wasa, le fruit après le repas, les jus de légumes, le petit dessert (« oui, mais avant j’en prenais après chaque repas…. »), la cuillère de confiture dans le yaourt grec, le petit verre de vin de tous les jours….

     

  9. Manger trop. C’est un malentendu assez courant, que si on mange uniquement des aliments LCHF, on peut manger tout ce qu’on veut, sans se soucier de son tour de taille. Malheureusement ça ne fonctionne pas comme ça ! Il faut trouver la composition d’assiette qui te correspond, afin de se sentir rassasié sans avoir à se resservir, une fois l’assiette terminée. Le top serait si tu te sens plein, sans avoir besoin de finir ton assiette. Il faut apprendre à écouter son corps!

     

  10. Ne pas boire assez d’eau. L’eau c’est la vie ! Il n’est pas rare de confondre la soif et la faim . Si on ne boit pas assez d’eau, on risque de prendre des encas inutilement.

     

  11. Surveiller uniquement son poids et pas assez le tour de taille. Tous les jours, je lis des commentaires de personnes frustrées, car depuis 3 semaines où plus, la balance affiche le même chiffre. Si on prend le temps de se mesurer au lieu de seulement se peser, on aurait probablement constaté que le tour de taille et de cuisse avait réduit, même quand la balance ne bouge pas. Cela aurait pu les épargner de beaucoup de frustrations et ainsi éviter qu’elles se démotivent.

     

  12. Augmenter les protéines au lieu d’augmenter le gras. Beaucoup de personnes confondent le LCHF pour une régime protidique. Il est vraie que le LCHF et le nouveau régime Atkins sont très proche. Je dis bien le NOUVEAU, car à l’origine le régime Atkins était justement critiqué pour être trop riche en protéines. Le NOUVEAU régime Atkins a été adapté à la science récente par trois experts très reconnus dans le Monde du low-carb (Phinney, Volec & Westman) et la mis à jour s’appuie donc sur les mêmes principes que le LCHF, avec quelques petites nuances.

     

  13. Penser que le LCHF est une solution « coup de vent ». A l’approche des beaux jours, la panique du maillot fait son reparution chez beaucoup de personnes. Si on cherche un régime avec le pouvoir d’effacer tout les excès de l’année (voir de plusieurs années) en 1-2 mois, on risque de se trouver très déçus. Le LCHF fait perdre du poids, mais cela reste un bonus. Le LCHF est un mode d’alimentation, plutôt qu'un régime miracle, où le retour aux mauvaises habitudes, une fois terminé, aura le même résultat qu ‘avant : prise de poids ainsi que les soucis de santé qui refont apparition!

     

  14. Seulement s’occuper de son alimentation sans embrasser tout le problème. Il y a d’autres facteurs qui jouent sur le surpoids ! Le stress et le manque de sommeil sont deux facteurs très importants. Perdre du poids est une histoire d’hormones ! Certaines hormones sont produits la nuit dans la phase de sommeil profond. Le manque de sommeil déséquilibre la production de certaines hormones, qui servent à contrôler notre appétit, notre métabolisme, la gestion de stress ainsi que d’autres facteurs, liés à la prise de poids. Quand les experts expriment leurs inquiétude face à la perte de sommeil, ce n’est pas une siple question d’accumulation de fatigue, mais un facteur de plus, qui contribue à détruire notre santé, alors gare aux écrans le soir !!

    Il y a également le stress de tous les jours qui joue une rôle importante sur la capacité de perdre du poids. Le stress fait produire du cortisol qui fait prendre de la graisse abdominale. C’est donc une bonne idée de réfléchir sur des stratégies pour décompresser : mieux organiser la semaine (par exemple en s’avançant sur certaines choses le week-end pour faciliter la semaine, yoga, méditation, marche, jardinage, lecture, bricolage…… tout ce qui peut t’aider à moins stresser.

     

  15. Ne pas faire de « prép-rep » (Prep-rep » : meal-prepping). On craque plus souvent, quand on est limité en temps et pas assez préparé ! Afin d’éviter de tomber dans le piège de »pas de temps pour cuisiner »  ou  « rien à grignoter lors du petit creux », ou «  0 snacks LCHF à l’aéroport», le « prép-rep » (préparation des repas et les snacks en avance) est la clé pour éviter de craquer sur des aliments non-LCHF. C’est un erreur fréquent de sous-estimer l’importance du « prép-rep » de la semaine, car cela entraîne plus de stress et de solutions improvisées, pas très LCHF !

     

     

  16. Boire de l’alcool tous les jours. Il est vrai que l’alcool ne fait pas sortir de cétose, bien au contraire, cela peut augmenter le niveau de cétose. Pour une personne qui n’a pas besoin de perdre du poids l’alcool ne pose donc pas de problèmes. Pour une personne qui cherche à perdre du poids, ce n’est pas la même histoire ! Le foie va s’occuper de l’alcool avant tout autre chose, ce qui veut dire qu’il s’occupe de l’alcool (car c’est aperçu comme une toxine) avant transformer le gras stocké par l’organisme en énergie. L’alcool va donc temporairement freiner ce processus. Une verre le week-end n’est pas catastrophique, mais une/ jour peut s’avérer problématique pour déstocker sa masse graisseuse.

     

  17. Sur-estimer le rôle d’une activité sportive sur la perte de gras corporel. Celui-ci reste très controversé : Le sport ne fait pas forcement perdre du gras. C’est une vielle croyance que tout activité physique fait perdre du poids et que les sports d’endurance sont efficace pour « brûler » du gras corporel. Voici une étude récente qui dément cela. L’agro-alimentaire aime bien sauvegarder cette illusion, car ainsi on ne sera pas dissuadé de manger et boire des produits qui font grossir. Selon eux,ce qui est faux, il suffit d’aller courir pour ne pas ressentir l’effet de nos excès sur le poids…. Si tu souhaites améliorer ton métabolisme de base, il faut augmenter ta masse musculaire. Il faut d'ailleurs savoir que un cetrain volume de muscle pèsent bien plus lourds que le même volume de gras. Une personne, très musclée, peut ainsi pèser plus lourd mais s’habiller dans des tailles plus petites, qu’une personne en surpoids et peu musclée. La balance est donc une fausse alliée pour déterminer si on est mince ou en surpoids !

     

  18. Manger beaucoup de produits laitiers. Les produits laitiers riches en graisse sont permis en LCHF. Il faut tout de même être vigilent, car nous sommes nombreux à être sensible aux protéines et il n’est pas rare qu’ils déclenchent la production d’insuline. C’est donc un erreur courent d’en prendre trop, surtout en buvant beaucoup de cafés avec de la crème.

     

  19. Manger trop souvent des friandises LCHF. Il arrive très souvent que l’on se laisse séduire par toutes les recettes de pains, de gâteaux et de desserts, car le fait que les ingrédients sont LCHF donne une impression de ne pas « pêcher ». Ces recettes-là, sont pour les moments d’exception et ne doivent pas faire partie des repas du quotidien !

 

 

  1. Croire qu’on a tout raté et de tout laisser tomber parce qu’on a fait un ou plusieurs des erreurs ci-dessus ! Tout début est difficile et il faut accepter qu’il est normale de commettre des erreurs. J’en ai fait PLEIN au début ! Voici quelques une : trop de protéines=> prise de poids. Pas de « prép-rep »=> craquage à répétition. Un verre de vin/ jour parce que le vin n’est pas interdit en LCHF=> impossible de perdre le poids souhaité. Trop de produits laitiers=> impossibilité de perdre du poids, car je dois être très sensible aux protéines de lait. Des erreur, tu vois, j’en ai fais aussi! L’importance, c’est la volonté et le courage de mettre en question ses pratiques, ainsi que la conscience, que tout les conseils qu’on a reçu, en diététique et santé, ne sont pas forcement scientifiquement fondés et demandent des vérifications et un peu de recherche par réflexe . L’internet est un outil génial pour cela, mais il faut aller le plus près de la source possible, ou chercher les infos là, ou il n’y a pas de conflit d’intérêt, car il y a beaucoup de charlatans. Certains sites, qui ont l’air sérieux, sont sponsorisés et donc moins fiables qu’ils ne paraissent.

 

Révolutionnez votre santé

prévenir et soigner

 Surpoids, Alzheimer, diabèteT2, inflammations divers, Parkinson, SCI, épilepsie, cancer,  fibromyalgie....