Coup de fatigue, coup de blues?

07/12/2015 14:00

 

J’ai eu quelque posts sur le forum à propos de grosse fatigue, déprime et démotivation.  Nous avons tous des périodes où nous sommes fatigués, stressés et nous manquons de motivation. J’avais une période comme cela, il n’y a pas si longtemps que ça. C’est pénible et bien évidemment on se pose plein de questions. Est-ce que cela viens du LCHF, où est-ce que ça vient d’autres chose ? En pensant, j’avais plus souvent des périodes comme cela, avant commencer mon mode de vie LCHF, mais il m’arrive encore, surtout au debut de l’hiver, d’avoir un coup de blues.

Comment est-ce que l’on peut faire afin de retrouver l’énergie ? La première idée qui me vient à l’esprit, c’est que beaucoup de personnes qui disent manger LCHF continuent, inconsciemment, à limiter le gras, «  pour être en bonne sante » et de ce fait réduisent les glucides ET la graisse. Là, ils ont enlevé leur deux sources d’énergie en même temps ! Il faut essayer, pendant une semaine, d’augmenter un peu la prise de lipides, pour voir comment cela influencera  l’humeur.

Il n’y a pas très longtemps j’ai regardé une émission du BBC sur des personnes à qui on faisait manger un régime sans gras, pendant une période. D’une manière générale, les participants décrivait comment, déjà après une semaine, ils se sentaient plus déprimés, moins motivés et qu’ils se mettaient plus facilement en colère. Le gras  n’est pas simplement un nutriment comme les glucides, qu’on peut prendre ou laisser ! Le gras influence notre cerveau plus qu’on ne le pense. Le gras influence notre humeur et notre niveau d’énergie. Peut-être, si vous manquez d’énergie, il faut que vous regardiez s’il ne faudrait pas augmenter votre dose de lipides. Essayez-le et notez vos ressentis dans votre journal de bord.

Il y a certains experts qui parlent du mur du Low-carb.

En fait, on cherche toujours à éclaircir pourquoi il y a de manières, aussi différentes, de répondre au LCHF. Il y a rarement deux personnes qui répondent d’exactement la même façon. Une personne peut s’adapter vite à fonctionner sur graisse, tandis qu’une autre personne va mettre beaucoup plus de temps. Là encore, si le bien-être,  qui est votre objectif, vous fait attendre, si pendant une période vous vous sentez fatigué, n’abandonnez pas! Certaines personnes ressentent cette fatigue déjà au début, autres personnes peuvent ressentir ces effets après plusieurs mois de LCHF et encore autres personnes ne rencontrent pas du tout le « mur du low-carb ».

Pensez, que pendant des années, vous avez consommé plus de 100 g de glucides / jour. Votre organisme a toujours eu de glucides en abondance, avec le résultat que  les enzymes, qui brulent normalement les graisses, se sont désactivés. En fait les glucides nécessitent une sorte d’enzymes, tandis que le gras nécessite une autre sorte d’enzymes, pour être transformé en énergie par l’organisme. C’est donc deux types d’enzymes différents, selon votre source d’énergie. Si vous prenez  plus de 10-25 g de glucides par repas, vous empêchez votre organisme de bruler la graisse que vous avez consommé, jusqu’au moment que les glucides sont brulées et stockées. Vos cellules peuvent bruler des glucides OU de la graisse, mais pas les deux en même temps ! S’il y a de glucose dans les cellules, cela désactive les enzymes qui brulent de la graisse. Si on mange plus de 20-30 g de glucides à tous les repas, les enzymes qui brulent de la  graisse sont désactivés toute la journée. Si on fait cela pendant un an ou plus, les cellules perdent leur capacité de pouvoir bruler de la graisse. Quand le taux de sucre baisse, on devient fatigué, déprimé etc. et on est très tenté de se retourner ver les glucides ! Si on reste entre 30-70 g de glucides/ jour, on peut réactiver les enzymes qui brulent de la graisse, mais cela peut mettre plus de temps pour certaines personnes que d’autres. Donc, si vous ressentez un coup de déprime, même après plusieurs mois de LCHF, ceci peut faire partie des explications. Pour passer cette période, qui pour certaines personnes est plus difficile que pour d’autres, on peut soit simplement se dire, que c’est passagère et persévérer ou on peut essayer, si le temps le permet, d’augmenter les efforts physiques et les entrainements, ce qui peut avoir un effet phycologiques positif. Si on fait un LCHF strict, il peut aider certaines personnes d’augmenter un tout petit peu la prise de glucides, pendant une petite période, puis redescendre de nouveau, graduellement.

Des problèmes de thyroïde peuvent également causer de problèmes de fatigue. Plus de personnes que on ne le pense, ont des problèmes de thyroïde. Ceci est souvent lié à la résistance à l’insuline. Le fait de changer sa source d’énergie de glucides ver le gras, nécessite une réaction de la thyroïde. Il est plus difficile de dire exactement ce qu’il faut faire dans ce cas. Certains experts conseillent aux personnes résistantes à l’insuline de ne changer qu’un repas à la fois vers le LCHF, en commençant par le petit déjeuner, puis d’attendre env. 15 jour entre chaque adaptation de repas supplémentaire.

Pour ceux qui souffrent de fatigue, de manque de motivation et peut-être d’un coup de blues, pendant la transition, rassurez-vous. Le régime cétogène a été prouve antidépressif.  Pour ceux qui lisent l’anglais voici un article intéressant :

https://www.washingtonpost.com/national/health-science/can-what-you-eat-affect-your-mental-health-new-research-links-diet-and-the-mind/2014/03/24/c6b40876-abc0-11e3-af5f-4c56b834c4bf_story.html

Pensez également à soigner la flore bactérienne de vos intestins. Une grande partie des problèmes de santé peuvent être remédiés en favorisant une bonne flore intestinale. Pensez aux amidons résistants http://plumette-la-gourmande-lchf3.webnode.fr/news/lamidon-resistant-un-cure-miracle/ et au pro biotique.

http://www.rtflash.fr/decouverte-d-lien-entre-flore-intestinale-et-depression/article

Révolutionnez votre santé

prévenir et soigner

 Surpoids, Alzheimer, diabèteT2, inflammations divers, Parkinson, SCI, épilepsie, cancer,  fibromyalgie....